L’innovation sociétale au quotidien


2016-10-16-12-52-46En bref, mes projets, ma RSE en 2015-2016

D’Dline 2020 est heureuse et fière de vous faire partager sa progression entrepreneuriale, grâce aux projets d’innovation sociétale engagés auprès de ses clients, des plus fidèles aux plus récents.

Optimisme, persévérance et engagement restent les piliers de la RSE sur lesquels je m’appuie pour progresser, apprendre et m’enrichir jour après jour !

Encore un grand merci pour votre confiance !

                                             

 

1. Chef de projet RSE pour le ROSO (Concertation sociale par la gamification)

2. Support digital bénévole pour Chic! On ressource (Economie circulaire)

3. Initiation SMO pour le mastère RSE Mines Paris-Tech  (Social Media Optimisation)

4. Conseil SMO pour l’Agence Parisienne du Climat

 

5. Reportage sur l’inauguration du parc éolien SRN 

 

6. CM pour le compte twitter @SolutionsAndCo / Sparknews (Journalisme de solutions)

7. Support logistique et digital bénévole pour le Groupe d’Accueil et Solidarité (ESS)

 

8. Jury aux Grands Prix de l’Innovation de la Ville de Paris (catégorie Eco-innovations 2015-2016)

                                              

       MOVE FORWARD!
 2016-05-15 17.25.57

                     

 

Des hydroliennes de rivière portables en Alberta

Qu’est-ce qu’une hydrolienne portable ?

L’hydrolienne portable est une technologie qui produit de l’électricité à partir de la vitesse du courant d’une rivière, une fois déposée au fond de celle-ci. En général, trois personnes et quelques heures sont nécessaires pour une installation complète.

Ces hydroliennes sont installées par deux personnes (assurées par une troisième depuis la berge) en utilisant un brancard d’installation, sécurisées par un câble puis reliées à des batteries via des câbles électriques. Pesant environ 150 kg, elles ont seulement besoin d’environ 60 cm d’eau pour fonctionner et requièrent une vitesse de courant allant de 1,2 à 3 m/s. Cette technologie peut fournir suffisamment d’électricité (jusqu’à 500 W ou 12 kWh/ jour) pour répondre aux besoins de base en électricité d’une petite maison (éclairage, Wi-Fi, réfrigérateurs, ordinateurs…).

Les hydroliennes d’Idénergie : une solution adaptée dans des zones sans électricité où l’énergie coûte cher

Un nombre élevé d’individus vivent isolés des réseaux d’électricité. Leur nombre total est estimé à plus de 920,000 en Amérique du Nord selon une étude faite par le gouvernement du Canada en 2011 sur l’état des communautés hors-réseau.

L’option la plus souvent utilisée pour répondre à de plus grands besoins énergétiques demeure la génératrice à essence. Celle-ci est fonctionnelle, mais non-efficace. Elle coûte cher à entretenir (jusqu’à 5000$ par an pour un résidant vivant sur le site tout au long de l’année) et contribue à l’émission de gaz à effet de serre.

Au Canada, quelques entreprises ont essayé de développer des turbines qui génèrent de l’électricité à partir du courant d’une rivière. Pourtant, très peu sont parvenues à développer une turbine qui soit efficace à basse vitesse et qui fonctionne dans une rivière de faible profondeur. Conçues à l’origine pour des habitations hors réseau, plusieurs hydroliennes peuvent être connectées ensemble pour répondre à de plus grands besoins énergétiques.

Ces systèmes sont modulaires et peuvent par exemple inclure des panneaux solaires ou se raccorder au réseau électrique (s’il existe) et que le distributeur d’électricité permet le rachat des surplus générés. Pour Pierre Blanchet, Président d’Idénergie, les hydroliennes installées à Parcs Canada représentent un projet innovant qui contribue à la réduction des émissions de gaz à effet de serre.” – Télécharger le CP du 27 juin 2016

Une journée avec le Réseau de l’AMU

AMU… comme Assistance à Maîtrise d’Usage 

Le 3 mai 2016 s’est tenue à Lyon la première journée IRL (in real life) d’un groupe issu d’une réflexion sur l’Assistance à Maîtrise d’Usage, à laquelle D’Dline 2020 a participé 😉

Autour d’une animation pilotée par 2 des membres du groupe, l’objectif de l’atelier était double :

  • se rencontrer pour mieux comprendre le rôle et les compétences de chaque membre
  • clarifier la raison d’être du groupe et bâtir un plan d’action.

Au terme de cette première session tout aussi active que conviviale, le Réseau AMU a planché sur une définition commune, qui pourrait se traduire  ainsi : « le réseau AMU regroupe des professionnels autour d’une dynamique pluridisciplinaire de partages d’expériences et d’innovations méthodologiques, centrée sur les usages dans le bâtiment ».

Temps forts et axes de réflexion : vous souhaitez en savoir plus sur ce réseau ? Une newsletter participative, Les Echos de l’AMU vient tout juste de voir le jour !