Cleantech : la pertinence d’une approche Q.S.E.D.D.

Cleantech : une start-up innovante et soucieuse du respect de l’environnement choisit l’approche stratégique QSE DD comme vecteur de croissance.

Cleanea produit et commercialise des solutions de nettoyage et désinfection à l’eau électrolysée. Cette toute nouvelle innovation technologique, respectueuse de l’environnement s’adresse à de nombreux secteurs d’activité tels que l’hôtellerie, le domaine public, l’industrie alimentaire, la grande distribution… A terme, l’objectif visé par Cleanea est de convertir tout consommateur en consom-acteur.

Mais comment gagner efficacement en crédibilité lorsqu’on est une jeune cleantech qui doit avant tout convaincre du bien fondé de sa technologie sur les 3 volets économiques, santé-sécurité et environnement?

En choisissant l’expertise de D’Dline 2020, Jean-Christophe Pruvost, fondateur de Cleanea décline une approche stratégique pour son entreprise en utilisant la pertinence de la méthodologie QSE adaptée à l’immobilier d’entreprise.

L’empathie comme vecteur de croissance

S’approprier la thématique RSE en interne pour communiquer plus efficacement auprès de ses clients potentiels et mieux appréhender les obligations économiques, environnementales et sociétales de ces derniers est un enjeu majeur pour Cleanea.

 La méthodologie QSE comme levier de performance

1- Evaluer les orientations environnementales et sociétales de quelques clients phares pour dégager d’éventuels points de convergence

2- Procéder à une veille réglementaire Qualité, Santé-sécurité, Environnement axée sur le périmètre de ces principaux clients

3- Etablir une typologie des différents types de preneurs de décision chez le client

4- Croiser les obligations réglementaires des clients potentiels de Cleanea par typologie de preneurs de décision

Par cet état des lieux rigoureux et méthodologique un levier de poids apparaît : la plupart des clients de Cleanea sont des sociétés de plus de 500 salariés, soumises aux obligations réglementaires de reporting RSE.

En clair cela signifie qu’elles doivent répondre de leur performance par des indicateurs autres que financiers, notamment en terme sociétal et environnemental. Cette obligation de transparence est rendue officielle depuis le 24 avril 2012 par le décret n° 2012-557, en application de l’article 225 de la loi du 12 juillet 2010 du Grenelle II de l’environnement.

A l’issue de cette mission, D’Dline 2020 a pu formuler de manière pédagogique plusieurs orientations stratégiques pour asseoir l’approche QSE de Cleanea. Parmi les principales recommandations on retiendra la nécessité pour la jeune cleantech de développer et entretenir une culture QSE DD en interne pour s’approprier les obligations de responsabilité sociétale de ses clients ; ce réflexe QSE permettra par la suite de structurer l’argumentation commerciale et d’adapter la politique marketing de Cleanea par typologie de décideurs.

A ce titre et parmi les livrables, une précieuse cartographie croisée des obligations réglementaires par profilage des décideurs dans le domaine de l’immobilier de bureau a été validée.

En matière de communication D’Dline 2020 a également accompagné Cleanea dans la rédaction d’un nouveau modèle d’emailing utile et responsable pour ses clients  qui détaille avec soin les principaux points de convergence entre les obligations de reporting environnemental et sociétal et les atouts de la technologie Cleanea.

Les commentaires sont fermés.