« I-Bibliotek » : ma sélection 2017

Synthèse des 2 chapitres développés dans les rubriques  Bâtiment durable et Boîtes à outils, découvrez les plus récentes publications en matière de transitions énergétiques et sociétales appliquées au domaine assez large de la ville durable.

 

Deadline 2020 : how cities will get the job done

Source : C40 Cities

Le Cities Climate Leadership Group, C40, plus grand réseau mondial des villes engagé dans la lutte contre le changement climatique, rassemble 90 villes comme Paris, New York, Rio, Séoul, Shanghai ou Londres pour représenter au total plus de 650 millions de personnes. Deadline 2020 suggère des étapes pour que les villes assument leur part de responsabilité, avec une feuille de route comprenant 1000 actions.

Guide pratique pour la définition d’objectifs carbone alignés sur les connaissances scientifiques 

Source : Global Compact France

Aligner ses objectifs de réduction de gaz à effet de serre (GES) sur les connaissances scientifiques, pour s’assurer que l’entreprise contribue effectivement au respect du seuil de 2°C, tel est le projet ambitieux et exaltant porté par l’initiative Science Based Targets (iSBT). Le Global Compact France, réseau local officiel du Global Compact des Nations Unies, a souhaité proposer un guide clair, pédagogique, et opérationnel, afin d’initier un engagement massif des entreprises francophones auprès de l’iSBT.

Transports et pollutions : une feuille de route pour mieux respirer

Source : Réseau Action Climat France

Le transport de personnes est responsable d’un tiers des émissions de gaz à effet de serre de Paris. Une partie importante provient des déplacements en avion des Parisiens, l’autre est issue du transport routier. Le transport contribue aussi aux émissions de polluants atmosphériques (oxydes d’azote, particules fines) responsables de maladies respiratoires.

L’écomobilité à Paris

Source : Agence Parisienne du Climat

Le transport de personnes est responsable d’un tiers des émissions de gaz à effet de serre de Paris.

Une partie importante provient des déplacements en avion des Parisiens, l’autre est issue du transport routier.

Le transport contribue aussi aux émissions de polluants atmosphériques (oxydes d’azote, particules fines) responsables de maladies respiratoires.

Retrouvez également les précédentes sélections en déroulant le fil de cette « I-Bibliotek » au service des décideurs du monde demain !

Déjà paru :

 

« Penser la ville de demain : rapports stratégiques »
 « Efficience énergétique du bâtiment : guides et études »

Bâtiment-Energie-Climat-RSE… Ce qu’il fallait retenir avant l’été

A mi-parcours de 2015 et avant un break estival,

D’Dline 2020 retrace pour vous l’actualité

qui a fait le buzz dans les secteurs ou domaines :

du Bâtiment et de ses Réglementations,

de l’Energie et de sa Transition,

du Climat et de l’Environnement,

de la RSE et de sa montée en Puissance.

 

Cliquez sur les titres pour avoir accès aux informations 

 

 

 


Nouveau rayon d’une i-bibliotek qui tourne rond !

Une i-bibliotek DD qui rayonne et tourne rond !

Roue de vélo ? Roue de Deming ? Quoi qu’il en soit @ddline2020 ajoute un nouveau rayon à  sa i-bibliotek, pour y ranger les dernières parutions DD du moment ! 

Du bâtiment à la ville durable, en passant par l’écologie ou encore l’énergie, de nombreuses clés de lecture des transitions à venir vous sont offertes en un clic sur chaque image.

Bons téléchargements  !

 

__________________________Bâtiment__________________________________

            

Hab. & T.E.                   RBR2020                   WWF & Urba.              Programmation

 

 

 __________________________Santé__________________________________

 Bâtir Sain                 Qualités urbaines            ANSES                       ASEF

 

 

____________________Economie circulaire ___________________________

Lignes & Réf.         La Fab. Ecolo         Recyclage Papier        Déchets 2025

 

 

_______________________ Innovation ________________________________

 

Formation                  Fabs Labs                 Dvlpt EnR                     CESE

 

 

 ___________________________Energie______________________________

Financement TE                  Efficacité Energétique               Stockage

 


____________________________Société________________________________

   

Eclairage public                Mesure du Bien-être                 Orée Rapport

 

 

_________________________Environnement_____________________________

 

5ème rapport Giec      Etude Climat          REX Orée               Ecosystemes 

 

Climat 2012 : l’entreprise, les politiques et les citoyens face au changement climatique

Avant Propos du livre blanc sur le climat 2012. 

Le philosophe Michel Puech qui en signe l’introduction nous y interpelle : Au delà des débats scientifiques et politiques, le réchauffement climatique nous amène à une réflexion éthique personnelle

En 2050, la planète comptera au moins 9 milliards d’habitants. Qui peut imaginer assurer des conditions d’existence décentes à une telle population dans un monde où la sécheresse, les inondations et les destructions causées par les intempéries se seront dramatiquement aggravées ? Le changement climatique est bien le problème numéro un de notre siècle. Celui dont la résolution conditionne celle de tous les autres. En réussissant à limiter les modifications que nous faisons subir au climat ce n’est pas la planète que nous sauvegarderons, mais l’Humanité. Si nous devions échouer dans cette tâche, il faudrait nous préparer à affronter une nette dégradation des conditions de vie sur terre. Destruction des milieux naturels, diminution de la surface des terres habitables, raréfaction des ressources en eau douce, pénuries alimentaires entrainant des migrations massives et la multiplication des guerres civiles et conflits internationaux sont quelques-unes des conséquences prévisibles d’un dérèglement excessif du climat. Sommes-nous prêts à nous en remettre à la chance pour éviter d’en arriver là ? La croissance extraordinaire que le monde a connue dans la seconde moitié du 20ème siècle -le PIB mondial, en termes réels, a été multiplié par 7 en 50 ans [1 ]- s’est construite pour une bonne part sur la chimie carbonée et l’énergie tirée de sources fossiles abondantes et bon marché. Depuis 1 970, la consommation annuelle de charbon a été multipliée par 2.4, celle de pétrole par 1 .9 celle de gaz par 3.2, aboutissant à une explosion des émissions de CO2 : nous en rejetons plus de 30 milliards de tonnes chaque année dans l’atmosphère. Le CO2 fait partie intégrante de l’éco-système terrestre mais celui que nous extrayons du sol constitue un excédent qui s’accumule pour très longtemps dans l’atmosphère et provoque son inexorable réchauffement. Ainsi, neuf des dix années les plus chaudes mesurées depuis 130 ans sont postérieures à l’an 2000. Il est temps maintenant de changer notre modèle de croissance : c’est une révolution industrielle et sociétale qui nous attend. Mais la tâche s’annonce ardue pour plusieurs raisons. Sur le plan psychologique, tout d’abord. Lutter contre une tel le menace est difficile car elle reste diffuse, presque impalpable. Ses effets sont pour l’instant progressifs et quand i l s sont visibles, i l s ne paraissent pas connectés au réchauffement de façon évidente pour le grand public. El le ne correspond à rien de connu dans l ’histoire et les bouleversements annoncés par les scientifiques sont tel s que l’on refuse inconsciemment de les admettre. Sur les plans technique et économique, ensuite. Notre société risque la panne sans les énergies fossiles carbonées. Comment remplacer le pétrole dans les transports ? Comment se passer du charbon et du gaz pour produire de l’électricité en quantité suffisante ? Le challenge en terme de changement d’infrastructures et de processus apparaît énorme et cela d’autant plus que la transition se heurte à des forces contraires. Même si on annonce l’arrivée imminente du fameux « peak oil » (le moment où le nombre d’années de réserves de pétrole commencera à décroître inexorablement), l’offre des vieilles énergies est loin d’être tarie : les huiles et gaz de schistes provoquent de nouvelles ruées vers l’or noir aux Etats-Unis. Les sables bitumineux du Canada ont le potentiel d’une nouvelle Arabie Saoudite. On prévoit un quasi doublement de la production de charbon d’ici à 2030 [5]. Des ressources certes de plus en plus coûteuses à exploiter, mais qui incitent à prolonger l’ancien modèle. Si l’on devait bruler jusqu’à la dernière goutte de pétrole, la dernière tonne de charbon ou jusqu’au dernier mètre-cube de gaz, les conséquences en seraient dramatiques. Incidemment, cela n’empêche pas certains groupes d’intérêts de mettre en oeuvre des stratégies de communication, d’influence et de prébendes ayant pour objectif de saper les politiques de réduction des émissions de CO2, car celles-ci pourraient nuire à leurs intérêts.

Téléchargez gratuitement le livre blanc sur www.climat2012.fr