Penser la ville de demain : rapports stratégiques

Quels sont les rapports de référence récents en matière de ville et bâtiment durable ?

Eléments de réponse dans cette sélection de D’Dline 2020, dont vous pouvez retrouver une plus large palette dans la rubrique Bibliotek.

A parcourir également dans la Boîte à outils, les rapports tout autant didactiques que stratégiques pour prendre les bonnes décisions en matière d’énergie et de bâtiments intelligents d’ici 2020.

 

↓ Cliquez sur les titres pour télécharger les publications ↓

Vers des villes 100% EnR et maîtrisant leur consommation

Source : Réseau Action Climat

Il n’y a pas deux villes ou métropoles identiques. Le chemin emprunté pour aller vers 100 % d’énergies renouvelables sera différent en fonction des ressources naturelles disponibles sur leur territoire et dans les territoires voisins, mais aussi selon les priorités données à l’efficacité énergétique, à certains vecteurs énergétiques (électricité, gaz, chaleur), à certains usages (bâtiment, mobilité…), à certains acteurs (grandes entreprises de l’énergie, du numérique, coopératives…).

Baromètre 2016 des énergies renouvelables électriques en France

Source : Observ’ER

Développer massivement les énergies renouvelables sur le territoire français constitue l’un des principaux enjeux de la transition énergétique. L’objectif visé est à la fois simple dans sa formulation est compliqué dans sa réalisation : porter la part des énergies renouvelables à 32 % de la consommation finale d’énergie en 2030 (contre 15,5 % en 2015).

Evolution de notre habitat en 2050

Source : Ademe

Réussir notre transition énergétique et écologique passe par une mutation de l’habitat, qui doit devenir plus sobre et plus respectueux de l’environnement. Entre la raréfaction des ressources, le changement climatique et les évolutions des modes de vie, l’exercice est complexe. Mais il est aussi nécessaire et passionnant : les pistes existent déjà pour imaginer des logements pour demain, confortables, agréables à vivre, peu consommateurs de ressources, alimentés par les énergies renouvelables, bien insérés dans leur environnement

Construire ensemble la réglementation énergétique et environnementale de demain

Source : Ministère du Logement

À l’horizon 2018, la loi de transition énergétique pour la croissance verte permettra la mise en place d’un nouveau standard environnemental ambitieux et à l’horizon 2020, les bâtiments à énergie positive se généraliseront. Dès aujourd’hui, l’Etat, les acteurs économiques et les associations ont fait le choix de se préparer conjointement à répondre à cette ambition dans la construction neuve…

Comment financer la rénovation énergétique des logements privés ?

Source : Ministère du Logement

En France, 20 millions de logements, soit environ 60 % du parc, ont été construits avant 1974 (date de la première réglementation thermique), et n’ont donc été soumis à aucune obligation réglementaire de performance énergétique. En conséquence, la rénovation énergétique des logements représente un enjeu majeur, retranscrit dans la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) du 18 août 2015. 

Management QSE : vers la RSE

De la Qualité orientée client, l’entreprise ajoute depuis quelques années deux dimensions à ses tableaux de bord stratégiques, la Sécurité en son sein et l’Environnement de ses parties prenantes.

Un nouveau sigle est né : le Q.S.E., posant les bases d’un nouveau paradigme où la responsabilité sociétale transcende la philosophie purement marketing. La culture des bonnes pratiques, le regain des valeurs, traduisent une quête d’exemplarité de l’entreprise, cotée ou non en Bourse !

Frappée par une des crises économiques les plus graves de son histoire, l’entreprise d’aujourd’hui est plus que jamais le sanctuaire de la création de valeur et sa mission est double : être non seulement efficiente mais surtout pérenne, sous peine de disparaître ! Fort de ce constat elle s’affranchit de la conformité réglementaire en implémentant à tous ses niveaux hiérarchiques et transverses, une batterie de normes et de référentiels. Evaluer, prévenir au mieux les risques, les  cartographier, en surveiller les indicateurs, autant de contraintes auxquelles sont confrontés les stratèges qui doivent faire face à un dilemme : comment trouver le temps de créer de la valeur ajoutée quand l’entreprise  le sacrifie sur l’autel des réglementations à appliquer?

Serions-nous au cœur du développement durable des sociétés, où les hommes sont censés utiliser le QSE comme vecteur d’une création durable de valeur, respectueuse de tous ? En guise de parade, nous voyons poindre son avatar au travers du système de management intégré (SMI). Sa réussite nécessite cependant deux conditions sine qua non : l’engagement, l’exemplarité du management mais bien au-delà, l’appropriation du projet par l’opérationnel ; ce dernier en reste la clé de voûte. Bien qu’il n’ait aucun pouvoir réel de décision stratégique, il peut à lui tout seul faire capoter la kyrielle de processus élaborés par le management, s’il n’en perçoit pas l’intérêt ! En effet, comme trop d’informations tuent l’information, trop de procédures créent l’inertie. Le manager a donc la lourde tâche de porter et d’expliquer les changements en évacuant les redondances tout en exerçant son habileté à fédérer son staff autour des missions quotidiennes. Son défi est bien réel : gérer les paradoxes QSE pour arriver à pérenniser le paradigme RSE*.

             


*Responsabilité Sociétale de l’Entreprise structurée par la norme ISO26000 depuis 2010

Cleantech : la pertinence d’une approche Q.S.E.D.D.

Cleantech : une start-up innovante et soucieuse du respect de l’environnement choisit l’approche stratégique QSE DD comme vecteur de croissance.

Cleanea produit et commercialise des solutions de nettoyage et désinfection à l’eau électrolysée. Cette toute nouvelle innovation technologique, respectueuse de l’environnement s’adresse à de nombreux secteurs d’activité tels que l’hôtellerie, le domaine public, l’industrie alimentaire, la grande distribution… A terme, l’objectif visé par Cleanea est de convertir tout consommateur en consom-acteur.

Mais comment gagner efficacement en crédibilité lorsqu’on est une jeune cleantech qui doit avant tout convaincre du bien fondé de sa technologie sur les 3 volets économiques, santé-sécurité et environnement?

En choisissant l’expertise de D’Dline 2020, Jean-Christophe Pruvost, fondateur de Cleanea décline une approche stratégique pour son entreprise en utilisant la pertinence de la méthodologie QSE adaptée à l’immobilier d’entreprise.

L’empathie comme vecteur de croissance

S’approprier la thématique RSE en interne pour communiquer plus efficacement auprès de ses clients potentiels et mieux appréhender les obligations économiques, environnementales et sociétales de ces derniers est un enjeu majeur pour Cleanea.

 La méthodologie QSE comme levier de performance

1- Evaluer les orientations environnementales et sociétales de quelques clients phares pour dégager d’éventuels points de convergence

2- Procéder à une veille réglementaire Qualité, Santé-sécurité, Environnement axée sur le périmètre de ces principaux clients

3- Etablir une typologie des différents types de preneurs de décision chez le client

4- Croiser les obligations réglementaires des clients potentiels de Cleanea par typologie de preneurs de décision

Par cet état des lieux rigoureux et méthodologique un levier de poids apparaît : la plupart des clients de Cleanea sont des sociétés de plus de 500 salariés, soumises aux obligations réglementaires de reporting RSE.

En clair cela signifie qu’elles doivent répondre de leur performance par des indicateurs autres que financiers, notamment en terme sociétal et environnemental. Cette obligation de transparence est rendue officielle depuis le 24 avril 2012 par le décret n° 2012-557, en application de l’article 225 de la loi du 12 juillet 2010 du Grenelle II de l’environnement.

A l’issue de cette mission, D’Dline 2020 a pu formuler de manière pédagogique plusieurs orientations stratégiques pour asseoir l’approche QSE de Cleanea. Parmi les principales recommandations on retiendra la nécessité pour la jeune cleantech de développer et entretenir une culture QSE DD en interne pour s’approprier les obligations de responsabilité sociétale de ses clients ; ce réflexe QSE permettra par la suite de structurer l’argumentation commerciale et d’adapter la politique marketing de Cleanea par typologie de décideurs.

A ce titre et parmi les livrables, une précieuse cartographie croisée des obligations réglementaires par profilage des décideurs dans le domaine de l’immobilier de bureau a été validée.

En matière de communication D’Dline 2020 a également accompagné Cleanea dans la rédaction d’un nouveau modèle d’emailing utile et responsable pour ses clients  qui détaille avec soin les principaux points de convergence entre les obligations de reporting environnemental et sociétal et les atouts de la technologie Cleanea.


Stratégie durable Act in’DEED


   …Act In’DEED par D’Dline 2020…

c’est agir vraiment pour Dynamiser l’Efficience Energétique Durable des bâtiments (tertiaire, résidentiel, public, privé) et ainsi promouvoir la construction durable en France.

Act in’DEED ambitionne de savoir faire du conseil votre outil d’aide aux décisions et de savoir être à vos côtés pour leurs applications.

Act in’DEED partage les valeurs que sont la lucidité nécessaire à tout diagnostic, le pragmatisme pour savoir mettre en application concrète les conseils prodigués, l’amélioration continue pour savoir se remettre en question et ainsi progresser.

Act in’DEED  se donne pour missions de sensibiliser les parties prenantes du bâtiment qui le souhaitent, autours des thématiques de la construction durable, d’accompagner avec le plus grand professionnalisme les acteurs du secteur par des diagnostics personnalisés, d’appliquer une méthodologie éprouvée pour un retour sur investissement optimal.

En savoir plus…