La haute tension à courant continu (HVDC) : un marché à très forte croissance

Projets de transport d’électricité HVDC et interconnexion électrique France-Angleterre : taille du marché mondial et volume de ventes 

Dans le cadre de l’accord signé récemment entre ElecLink  et RTE pour développer l’interconnexion électrique entre la France et la Grande-Bretagne, Malek DRIF  Renewable Energy Project Manager fait le point sur l’évolution du secteur de transport d’électricité en courant continu, qui permettra d’accroître la part des énergies renouvelables dans le réseau.

La haute tension à courant continu (HVDC) : un marché à très forte croissance

Selon le dernier rapport de l’entreprise GlobalData, le marché des convertisseurs de courant continu haute tension (CCHT) ou « High Voltage Direct Current » en anglais (HVDC), est passé de 825 millions d’euros en 2006 à 6 milliards d’euros en 2012. GlobalData affirme que le marché devrait croître encore, pour atteindre 89,6 milliards de dollars (soit 67,2 milliards d’euros) entre 2013 et 2020, pour atteindre une capacité de 543,7 GW.

La haute tension à courant continu (HVDC) : une technologie de pointe

Les systèmes de transport HVDC permettent une extrême efficacité pour transporter l’énergie propre produite par les centrales d’énergie renouvelable aux zones urbaines, en limitant les pertes de transmission. De plus, le marché de la construction des postes électriques avec convertisseurs HVDC, bénéficiera du nombre croissant des interconnexions des réseaux électrique en courant continue en Europe, en Asie-Pacifique et au Moyen-Orient, afin d’améliorer l’efficacité du transport et de la distribution de l’électricité.

Actuellement, la Chine arrive en tête de liste du marché de HVDC, avec une part de 51% cumulée entre 2006 et 2012. En 2020, leur part du marché devrait atteindre une valeur de 27,1 milliards de dollars, soit 20,3 milliards d’euros.

Cette technologie de pointe fait des systèmes HVDC un excellent vecteur pour les services de transport et de distribution d’électricité car elle comporte de nombreux avantages tels que

  • la stabilité et le contrôle de l’intensité ou de la tension,
  • l’absence de la puissance réactive (une puissance définie par analogie à la puissance active P [Watt])
  • l’élimination des perturbations en cascade qui peuvent affecter des réseaux interconnectés.

Le système HVDC : une alternative aux pannes.

La technologie HVDC permet de transférer l’électricité sur de grandes distances, et s’apparente ainsi à de véritables autoroutes de l’énergie. Les liaisons peuvent être aériennes, souterraines ou sous-marines.

Rappelons qu’en France RTE, gestionnaire du réseau de transport Français et REE son homologue espagnol ont co-entrepris, au travers de ce choix technologique innovant, la maîtrise d’ouvrage d’une nouvelle interconnexion entre la France et l’Espagne se concrétisant par une liaison enterrée HVDC de 65km entre Perpignan et Figueras. (cf. Source).

De plus, le 11 septembre 2013, ElecLink, a soumis à la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) une demande de dérogation pour une nouvelle interconnexion des réseaux d’électricité en courant continu entre la France et la Grande-Bretagne.

L’interconnexion passerait à l’intérieur du Tunnel sous la Manche. La connexion au réseau devrait être opérationnelle à partir du quatrième trimestre de 2016. Ce projet sera cofinancé par le fonds du Programme énergétique européen (PEER) de l’Union européenne à hauteur de 225 millions d’euros sur un budget global de 700 M€.

 Source : Malek Drif, ingénieur EnR – Systèmes Hybrides