Le commissioning au service de la performance énergétique du bâtiment?

Commissioning définition : processus adopté avant d’occuper un édifice et durant lequel la performance des systèmes de construction est testée

Pour les programmes de construction neuve, le respect de réglementations de plus en plus drastiques pourrait faire passer au premier plan la notion de « commissioning » (parfois nommé « commissionnement »), qui nous vient des Etats-Unis. Pour faire simple, le plan de commissioning est une sorte d’audit de tout le processus de conception-réalisation, visant à atteindre les objectifs réglementaires et à maintenir le niveau de performance des bâtiments sur toute leur durée d’exploitation.

Pour Hicham Lahmidi, responsable développement et méthodes « énergie » de Bureau Veritas, la donne est simple : « En analysant les nouvelles réglementations (RT 2012, obligation de travaux dans le tertiaire d’ici à 2020), un maître d’ouvrage a désormais deux possibilités : se passer d’un plan de commissioning et supporter 100 % des risques de non atteinte des objectifs énergétiques et environnementaux ; éviter ce risque en faisant appel à un tiers pour établir le plan de commissioning visant le renforcement des vérifications à chaque étape critique. »

De fait, en introduisant une véritable contre-expertise longitudinale des projets (de la phase de conception jusqu’après livraison et expurgation du délai de garantie), le commissioning pourrait contribuer à redéfinir le jeu d’acteurs : « Il doit être porté par une tierce partie, tranche Hicham Lahmidi. L’entreprise de maintenance, qui assure un contrat d’exploitation dans la foulée d’une opération, ne peut pas proposer un plan de « commissioning » sans éviter un conflit d’intérêt, de même qu’un fournisseur d’énergie ou que l’équipe de maîtrise d’œuvre du projet en question. »

Un nouveau marché convoité

 Les bureaux de contrôle auront-ils une prééminence sur ce nouveau service ? Rien n’est moins sûr, d’autres acteurs ayant déjà manifesté des velléités similaires. Le bureau d’études Cardonnel Ingénierie est de ceux-là. Il ambitionne de transposer le commissioning au secteur résidentiel en créant un nouveau référentiel,  avec le concours du Synasav (Syndicat national des entreprises de service après-vente). Baptisé pour l’heure « e-Confort », ce référentiel semble focalisé sur le suivi longitudinal des lots fluides (eau et énergie) : « Une installation doit être bien conçue et composée de produits de qualité, mais doit également maintenir ses performances dans le temps, explique Christian Cardonnel, président de Cardonnel Ingénierie. Il est donc impératif d’assurer un suivi des consommations afin de prévenir les dérives. » Et de souligner que le résidentiel, au même titre que le tertiaire, fera désormais l’objet de cette « maintenance prédictive », à quelques nuances près : « En résidentiel, la facture énergétique est de l’ordre de 10 à 15 euros par mètre-carré. Il faut donc mettre en œuvre une maintenance à coûts maîtrisés. »

Source Le Moniteur.fr par Idir Zebboudj