Transition Numérique et Durable !

Tout le monde veut sauver la planète mais personne ne veut descendre les poubelles !

Qui ne connait pas cette citation de Jean Yann dénonçant nos trop fréquents manques d’engagements ? Comment trouver le « nudge » pour développer notre motivation ?

Savez-vous que l’innovation digitale répond parfaitement à cette question ? Comment ? Par une veille informationnelle ciblée et un contenu RSE de qualité par exemple !

Sensibiliser ses parties prenantes grâce au numérique et dans le respect du RGPD est un levier puissant au retour sur investissement conséquent.

TPE, PME, en 2019 chaussez les lunettes de la transformation digitale et passez à la TND*.

Testons le concept ensemble en démarrant un diagnostic de maturité digitale !

Avec D’Dline 2020 cap sur votre *transition numérique et durable !

Bonne année !

_M e i l l e u r s _v o e u x !_


Villes et bâtiments de demain : pour une prise de décision avertie

Prendre les bonnes décisions pour des villes et bâtiments durables

A l’heure des choix qui impacteront les prochaines décennies, D’Dline 2020 vous invite à une prise de recul stratégique dans le domaine de la ville durable, de l’urbanisme et du bâtiment.

Pour dessiner le monde de demain plusieurs études, dossiers, publications et synthèses ont été réalisées par différents donneurs d’ordre qui, mis bout-à-bout offrent un éclairage pertinent sur les pistes à suivre au regard des freins actuels et des marges de progrès qui en résultent.

 

Dans le menu Bâtiment durable de ce site vous découvrirez quelques dossiers stratégiques récents consacrés aux problématiques de financement de la transition énergétique ou encore  …

Le menu Boîtes à outils recense quant à lui, plusieurs guides précieux en matière de retours d’expérience dans le domaine de la rénovation énergétique des bâtiments.

Et pour un tour d’horizon complet, ma rubrique Bibliotek ajoute un volet 2017, reprenant les 2 précédents menus évoqués ci-dessus, tout en élargissant la réflexion à des considérations plus globales telles que l’environnement, le climat, la mobilité….

Souhaitant que la compilation de ces ouvrages vous inspire et facilite vos arbitrages en qualité de donneurs d’ordre et professionnels du bâtiment,

Cordialement,
Florence Rollin
D’Dline 2020, vecteur du bâtiment durable

 

Management QSE : vers la RSE

De la Qualité orientée client, l’entreprise ajoute depuis quelques années deux dimensions à ses tableaux de bord stratégiques, la Sécurité en son sein et l’Environnement de ses parties prenantes.

Un nouveau sigle est né : le Q.S.E., posant les bases d’un nouveau paradigme où la responsabilité sociétale transcende la philosophie purement marketing. La culture des bonnes pratiques, le regain des valeurs, traduisent une quête d’exemplarité de l’entreprise, cotée ou non en Bourse !

Frappée par une des crises économiques les plus graves de son histoire, l’entreprise d’aujourd’hui est plus que jamais le sanctuaire de la création de valeur et sa mission est double : être non seulement efficiente mais surtout pérenne, sous peine de disparaître ! Fort de ce constat elle s’affranchit de la conformité réglementaire en implémentant à tous ses niveaux hiérarchiques et transverses, une batterie de normes et de référentiels. Evaluer, prévenir au mieux les risques, les  cartographier, en surveiller les indicateurs, autant de contraintes auxquelles sont confrontés les stratèges qui doivent faire face à un dilemme : comment trouver le temps de créer de la valeur ajoutée quand l’entreprise  le sacrifie sur l’autel des réglementations à appliquer?

Serions-nous au cœur du développement durable des sociétés, où les hommes sont censés utiliser le QSE comme vecteur d’une création durable de valeur, respectueuse de tous ? En guise de parade, nous voyons poindre son avatar au travers du système de management intégré (SMI). Sa réussite nécessite cependant deux conditions sine qua non : l’engagement, l’exemplarité du management mais bien au-delà, l’appropriation du projet par l’opérationnel ; ce dernier en reste la clé de voûte. Bien qu’il n’ait aucun pouvoir réel de décision stratégique, il peut à lui tout seul faire capoter la kyrielle de processus élaborés par le management, s’il n’en perçoit pas l’intérêt ! En effet, comme trop d’informations tuent l’information, trop de procédures créent l’inertie. Le manager a donc la lourde tâche de porter et d’expliquer les changements en évacuant les redondances tout en exerçant son habileté à fédérer son staff autour des missions quotidiennes. Son défi est bien réel : gérer les paradoxes QSE pour arriver à pérenniser le paradigme RSE*.

             


*Responsabilité Sociétale de l’Entreprise structurée par la norme ISO26000 depuis 2010