Eolien : au-delà des chiffres, un enjeu sociétal

Inauguration du 3ème parc Eolien de France : quelques données

« 110 millions d’euros investis, 30 turbines d’une puissance totale de 75 MW, 183.000 MW/h produits par an* »…

Ces chiffres font du parc éolien Seine Rive-Gauche Nord inauguré le 11 septembre 2015 à Châtres en Champagne-Ardenne, le 3ème de France.

Développé conjointement par Nordex France et H2Air, sa particularité technique consiste à raccorder l’énergie produite en un seul point via un poste privé décentralisé, pour limiter la déperdition avant l’injection de l’électricité sur le réseau de transport. Le Syndicat des Energies Renouvelables souligne d’ailleurs dans un récent communiqué que « les postes de raccordement existants sont aujourd’hui de moins en moins nombreux à pouvoir relier l’énergie produite au réseau électrique français par manque de capacité.

Coté environnement, les éoliennes de Seine-Rive-Gauche-Nord permettent l’économie annuelle de 73 000 tonnes d’émission de CO2 par rapport à une centrale électrique au gaz. Pourtant figées dans 700m3 de béton armé, ces fleurs géantes aux tiges d’acier et de cuivre et aux pétales de fibre de verre et de carbone, sont également recyclables à plus de 90%. D’une durée de vie supérieure à 20 ans leur démantèlement serait pourtant provisionné dès le début du projet, ce qui devrait satisfaire les adeptes de l’Analyse du Cycle de Vie (ACV)…

✓ Un projet d’indépendance énergétique qui s’inscrit dans le territoire…

✓ Portée économique et sociétale de l’éolien…

✓ De l’importance du processus de concertation…

✓ De la conciliation par l’innovation sociale…


Retrouvez l’intégralité de l’article sur le blog Pollutec « Capteur d’Avenir »

 

            

Lancement de Desertec France, membre de Desertec Foundation

30 août 2013 :  signature à Paris de l’accord entre Desertec France et Desertec Foundation.

Télécharger le communiqué de presse du 9 mars 2016

De gauche à droite : 
Oliver Steinmetz (membre du bureau exécutif de Desertec Foundation), 
Francis Petitjean (Président co-fondateur de Desertec France)
Charles Ifrah (Délégué Général co-fondateur de Desertec France).

 

 Présentation de Desertec France

Desertec France est membre de Desertec Foundation et de Desertec University Network.

L’organisation se définit comme un mouvement de la société civile qui ambitionne de développer un avenir durable en oeuvrant pour la transition énergétique en France et en Afrique.

Son métier, ses projets

Concrètement, Desertec France sélectionne, labélise et accompagne des projets de référence pour des producteurs d’énergie solaire, éolienne ou pour l’électrification rurale comme :

  • au Sénégal avec un programme d’électrification de 53 villages initié par l’ASER (Agence Sénégalaise pour l’Electrification Rurale),
  • au Cameroun avec le Plan Solaire 2020 piloté par Fidès Gestion qui donnera accès à l’électricité à 250 localités avec la construction en 5 ans de 500 MW d’énergie photovoltaïque,
  • ou le projet de ferme éolienne de Saint-Louis d’une capacité de 50 MW porté par l’opérateur C3E à Dakar.

Desertec, une vision au long cours

Au coeur de la transition énergétique la vision Desertec privilégie les déserts du monde entier comme réservoirs solaires et éoliens de premier plan et prévoit l’exploitation de toutes les énergies renouvelables. 

DESERTEC France membre de la fondation DESERTEC

 

EurObserv’ER publie un état des énergies renouvelables en Europe

Rapport sur l’état des énergies renouvelables par EurObserv’ER

L’année 2010 a été capitale dans l’évolution du marché des énergies renouvelables en Europe. Diverses mesures ont été prises par les États membres pour mettre en application la directive européenne sur les énergies renouvelables, et les premiers résultats sont aujourd’hui visibles malgré un climat économique difficile. Comme le souligne ce rapport, la production d’énergie renouvelable a connu une croissance de 11,3 % dans l’Union européenne entre 2009 et 2010. Même si des facteurs tels qu’un hiver froid et un niveau élevé de précipitations y ont sans doute contribué, ce chiffre met en évidence l’impact positif des politiques incitatives et des investissements supplémentaires réalisés par les acteurs du marché. Tandis que le secteur des énergies renouvelables affiche des signes de croissance encourageants, on peut constater une précision toujours plus grande des estimations d’EurObserv’ER : selon les données officielles publiées en novembre 2011 par Eurostat, la part des renouvelables dans l’Union européenne en 2009 était de 11,7 % ; l’estimation de ces mêmes données par EurObserv’ER était de 11,6 % dans le rapport publié l’an dernier. Cette bonne approximation confirme la pertinence de la méthodologie d’EurObserv’ER et sa capacité à fournir aux décideurs et acteurs du marché des informations actualisées et fiables sur l’évolution du secteur des renouvelables.

La présente publication offre un aperçu des principales statistiques du marché des énergies renouvelables dans l’Union européenne pour l’année 2010, année pour laquelle les données officielles ne seront disponibles qu’en 2012. La dernière partie met l’accent sur sept régions européennes qui ont attiré un montant particulièrement élevé d’investissements dans le domaine des énergies renouvelables durant l’année passée, et montre comment ces régions ont réussi à crer un climat propice à ces nouveaux investissements.

Cette publication EurObserv’ER a été cofinancée par le programme énergie intelligente pour l’Europe (EIE), qui travaille en collaboration avec les organisations publiques et privées pour promouvoir les énergies renouvelables et lever les obstacles à la croissance de ces marchés. Avec plus de 500 projets et 3 000 bénéficiaires dans 31 pays, le programme EIE contribue à la réalisation des objectifs de l’Union européenne en matière d’énergie renouvelable pour 2020.

Cette publication offre un état des lieux unique à ce jour des progrès accomplis sur chacun des marchés des énergies renouvelables dans l’Union européenne.

Liste des indicateurs étudiés


 

 

 

 

 

Conclusions

L’analyse de ces sept études de cas a permis d’identifier les éléments clés de la politique régionale et notamment la durée pendant laquelle elle s’applique. En d’autres termes, les régions deviennent plus matures au fil du temps en matière de développement des énergies renouvelables, traversant quatre phases successives qui se caractérisent chacune par différents instruments politiques, dont certains peuvent même être appliqués avant que la région n’atteigne la phase en question. En même temps, on observe un processus de fabrication de biens (combustibles, équipements) qui est indépendant de la durée des politiques de soutien de l’investissement.

Télécharger le rapport d’EurObserv’ER sur l’état des énergies renouvelables en Europe